Le début

Depuis le début du blog, nous nous sommes donné pour mission d’équilibrer certains des tons durs dans la communauté des blogueurs immobiliers. Il semblait que chaque jour, le lancement d’un nouveau produit donnait à un blogueur quelque part la permission de mettre en pièces l’offre du site. Il suffisait de cliquer sur un autre blog pour entendre quelqu’un dire que quelqu’un d’autre dans le domaine de l’immobilier était mauvais et qu’il était bien meilleur. Ce battement de tambour constant sur le web a laissé un grand vide pour une perspective équilibrée de toutes les choses nouvelles et anciennes dans l’immobilier.

Ce qui s’est développé à partir du changement de ton dans toute la communauté des blogueurs immobiliers est une nouvelle norme où l’on s’attend à ce que, lorsqu’on parle d’une entreprise ou d’une personne, les articles puissent laisser le lecteur juste à côté de votre véritable opinion, passion ou sentiment sur la question.

 

Veillez-y

Pour ma part, je suis tout à fait d’accord pour être professionnel avec son opinion et son ton, mais je ne suis pas d’accord avec un écrivain qui ne dit pas les choses comme il les voit. Sans honnêteté, le lecteur se demande si vous avez vraiment exprimé votre véritable opinion ou non. Nous devons faire attention à ne pas réduire le blogging à la banalité.

 

Avons-nous perdu le milieu ?

Le meilleur résultat semble être un juste milieu où l’on peut exprimer une opinion de manière professionnelle qui ouvre le débat et une réelle compréhension de l’opportunité même de la mentionner. La profession est-elle avancée avec ce qui a été dit ? Certains sont complètement à côté de la plaque, avec un ton plus gentil que gentil, à tel point que l’on pourrait presque parler de lèche-cul. Le REBC doit-il devenir un groupe de lèche-culs ? Ou, sommes-nous ici pour créer réellement des opportunités pour améliorer l’expérience immobilière des consommateurs ?

 

Qu’est-il arrivé au fait d’être professionnel ?

Je suis absolument coupable de dire ce que je pense et je suis absolument honnête. Si je ne peux pas être honnête sur un sujet, le sujet n’est pas écrit. 

La profession doit rester compétitive pour s’améliorer, de nouveaux modèles commerciaux doivent émerger, échouer et réussir, et les nouveaux blogueurs ne doivent pas avoir peur de dire les choses telles qu’elles sont – faire de la lèche n’a jamais mené personne nulle part, surtout lorsque le REBC monte au créneau sur une question ; une réponse est presque toujours attendue. Un rédacteur doit être honnête avec lui-même et avec le lecteur et montrer sa passion pour les questions qui l’intéressent – c’est ce qui fait la grandeur des blogs ! Obtenir une chance dans une vie d’interview avec un grand nom seulement pour demander comment est le temps est l’équivalent de se tirer une balle dans la crédibilité avec un fusil de chasse.

 

Dire les choses comme elles sont

Bien que j’exige un ton positif dans toute conversation, que je demande une solution positive, ou au moins une opinion équilibrée réaliste de tout bien ou service- je veux l’honnêteté plus que tout. Je veux savoir ce que vous pensez VRAIMENT, et les lecteurs de votre blog aussi. Trop souvent, nous nous inquiétons de l’opinion de nos opinions au point de cesser de les donner et, au final, c’est le lecteur qui est perdant et notre profession cesse de se développer. En disant tout cela, être salace dans le ton pour attirer les gros titres n’est pas ce dont nous discutons – ce dont nous parlons est ce qui est requis si votre opinion cherche à être en demande.

 

Ding!

Donc, non- gentil ne vous rend pas crédible. Être professionnel, direct et honnête le fait.