Les entreprises lèvent des capitaux d’emprunt et des capitaux propres pour acheter des actifs opérationnels et non opérationnels qui devraient générer des revenus à l’avenir. Les actifs d’exploitation sont les actifs à court ou à long terme, liquides ou non liquides, acquis pour être utilisés dans la conduite des activités principales d’une entreprise. Ils comprennent généralement les stocks, les dépenses payées d’avance, les comptes clients et les immobilisations corporelles. Le revenu généré par ces actifs opérationnels au cours d’une période financière est reporté dans le compte de résultat (P&L) conformément aux principes comptables. La différence nette entre les recettes générées par les opérations principales et les dépenses directement liées à la génération de ces recettes est appelée revenu d’exploitation ou bénéfice d’exploitation. Par conséquent, le Bénéfice net d’exploitation après impôts (NOPAT) est le Bénéfice d’exploitation ajusté aux impôts.

 

Le tableau ci-dessous fournit quelques explications et calculs utiles pour mieux comprendre le NOPAT

 

EBITDA

Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) est utilisé comme un indicateur de la rentabilité et des flux de trésorerie d’exploitation de l’entreprise. Pour le calculer, toutes les dépenses d’exploitation en espèces sont déduites du total des revenus. Cette valeur sert de base pour comparer la rentabilité des entreprises dans différents secteurs. Car cette valeur n’a pas l’impact ou l’influence du niveau des dépenses d’investissement et des politiques d’amortissement.

 

EBIT

Le bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) ou bénéfice d’exploitation corrige en fait cette situation. Il s’agit des revenus générés par une entreprise grâce à ses opérations de base et à ses activités commerciales, après avoir déduit les dépenses d’exploitation en espèces et les dépenses de dépréciation et d’amortissement hors caisse. Il peut être considéré comme l’EBITDA ajusté pour l’intensité capitalistique de l’entreprise.

 

NOPAT

Dans la plupart des pays, les entreprises sont légalement tenues de payer des impôts sur leurs revenus, de sorte que le bénéfice d’exploitation ou EBIT, est généralement ajusté pour prendre en compte cette charge fiscale afin d’obtenir un chiffre appelé NOPAT. Le NOPAT est calculé comme suit :

 

NOPAT = * (1 – taux d’imposition)

NOPAT = * (1 – taux d’imposition)

NOPAT = EBIT * (1 – taux d’imposition)

Le NOPAT est le bénéfice d’exploitation net disponible pour tous les fournisseurs de capitaux, y compris les détenteurs de dettes et d’actions. Le NOPAT ne tient pas compte de l’effet de levier, il n’est donc utilisé que pour calculer des chiffres ou des ratios liés à la valeur de l’entreprise, par opposition à la valeur des fonds propres qui inclut le bouclier fiscal associé à la dette. Le NOPAT est souvent utilisé comme entrée dans les modèles DCF.

 

Revenu net 

Le revenu net est le NOPAT ajusté à l’effet après impôt du levier financier, des éléments non opérationnels et exceptionnels et des intérêts minoritaires, si nécessaire. Le résultat net est donc le résultat attribuable aux détenteurs d’actions et c’est pourquoi les analystes  se concentrent fortement sur le bénéfice par action. La formule permettant de calculer le revenu net à partir du NOPAT peut être résumée comme suit :

Revenu net = NOPAT + * (1-Taux d’imposition)

 

NOPLAT

Il existe une différence subtile entre le NOPAT et le bénéfice net d’exploitation moins les impôts ajustés (NOPLAT) qui est néanmoins importante. En général, les règles comptables et fiscales sont différentes, de sorte que les dépenses qui sont déductibles à des fins comptables peuvent ne pas l’être à des fins fiscales. Les règles de déduction peuvent différer.

La formule du NOPLAT s’écrit comme suit :

NOPLAT = (1 – taux d’imposition) * EBIT + variations des impôts différés

 

Attention

Il est très très important de noter que le calcul du NOPAT se fait surtout sur une base théorique ou proforma. Il s’agit de comparer les efficacités opérationnelles des entreprises dans l’ensemble du secteur sans l’influence de sa composition/ structure de capital. Comme nous le savons, la dette a son propre coût et les intérêts sont déductibles des impôts. Par conséquent, des entreprises de même taille ayant une combinaison dette-fonds propres différente afficheront des bénéfices d’exploitation différents en raison de l’impact fiscal. Par conséquent, la comparaison de l’efficacité opérationnelle devient difficile. Pour éliminer l’effet de la structure du capital, on calcule donc le NOPAT. En d’autres termes, le NOPAT est le bénéfice disponible pour toutes les parties prenantes ; détenteurs de dettes, actionnaires, investisseurs, etc.